Les vaccins et l’autisme : La méfiance de la population face à la médecine.

L’association éventuelle entre la vaccination ROR (Rubéoles, Oreillon et Rougeole) et la maladie de l’autisme provoque toujours l’incertitude dans les pays développés et notamment en France. Cependant, il n’y a aucun lien qui a été prouvé en utilisant la démarche scientifique.

L’ensemble des articles que je vais utiliser et développer, conteste le lien entre les vaccins et l’autisme.

Lien entre la vaccination infantile et l’autisme.

L’arrêt de la vaccination chez les enfants inquiète de nombreux scientifiques et les gouvernements. Au Texas, les scientifiques ont pu démontrer que la population est de moins en moins couverte par le vaccin contre la rougeole. Dans le cas de la rougeole, il faut que la population soit vaccinée à plus de 95% pour être totalement protégé (immunité grégaire). Car la vaccination agit comme une sorte de « pare feux », elle ralentit ou arrête la progression d’une maladie dans une population.

 

community_immunity
L’immunité grégaire

La première étude n’a démontré aucun lien entre l’autisme et le vaccin ROR (Rougeole, oreillons et rubéoles). L’étude s’est basée sur un échantillon de quelques millions de sujets. Les scientifiques ont pu démontrer qu’il n’y  a aucun lien significatif entre le vaccin ROR et l’autisme.

Dans l’étude suivante, les scientifiques ont cherché un lien entre le vaccin ROR plus le thiomersal (agent conservateur présent dans les vaccins) et l’autisme. L’étude a été conduit sur une population japonaise étant atteinte d’autisme (189 sujets) et des individus n’ayant pas l’autisme (224 sujets). Le résultat est plutôt simple, il n’y a aucun lien entre ROR/Thiomersal et l’autisme.

Une autre rumeur, est que la vaccination contre la grippe peut provoquer des troubles chez le nouveau-né. L’étude menée par une équipe américaine c’est intéressé à 196 929 cas d’enfants nés entre 2000 et 2010. Dans cet échantillon, 1400 (0.7%) mères ont développé une grippe et 45 231 (23%) sujets ont reçu le vaccin contre la grippe. 3101 (1.6%) enfants ont développé un autisme, et aucun lien entre la prise du vaccin et l’autisme n’a été décelé.

Dans une autre étude, les scientifiques ont injecté un vaccin contenant du thiomersal (ROR) à des macaques.  Les doses administrées sont exactement les mêmes que chez l’homme. Aucun changement neuronal cellulaire ou protéique du cervelet, de l’hippocampe ou de l’amygdale n’a été observé chez les animaux après les programmes de vaccination des années 1990 ou 2008. L’analyse du comportement social chez les animaux juvéniles a indiqué qu’il n’y avait pas de différence significative dans les comportements négatifs entre les animaux dans le groupe témoin et les groupes expérimentaux. Ces données indiquent que l’administration du vaccin ROR à des macaques rhésus ne se traduit pas par des anomalies neuropathologiques ou des comportements aberrants, comme ceux des troubles du spectre de l’autisme.

L’absence de plausibilité

D’autres études indiquent que l’autisme est associé à des changements du néocortex du cerveau au début de la grossesse bien avant qu’un enfant reçoive des vaccins.

Les données sont bien présentées ici.

Ce type d’études, montrant des changements profonds dans la réorganisation du cerveau renforcent fortement la base génétique et épigénétique de l’autisme. Un vaccin ne pouvait tout simplement pas provoquer cela, et les données le confirment. Cependant, plus d’études sont nécessaires pour confirmer cela.

Il y a beaucoup d’études passionnantes identifiants de nouveaux gènes et l’épigénétique liés à l’autisme. L’étude publiée dans Nature neuroscience est vraiment intéressante. Il y a donc très certainement tout un environnement pour l’autisme nécessaire, et le moment important pour un développant de l’autisme se situe juste après la conception ou durant le 1er trimestre de grossesse. Le principal vaccin administré durant cette période est celui contre la grippe. Hors les études ont démontré que le vaccin-là n’induit pas l’autisme.

En France, le débat sur les vaccins est toujours un sujet très sensible. Alors que ceux-ci protègent la population contre des maladies.

Voici les vaccins recommandé et obligatoire selon le gouvernement :

Les vaccinations obligatoires sont les suivantes :

  • contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) ;
  • contre la fièvre jaune (infection due à un virus transmis par des moustiques).

Les personnes titulaires de l’autorité parentale doivent veiller au respect de cette obligation.

Les vaccinations recommandées concernent :

  • les maladies telles que la tuberculose, la coqueluche, la rubéole, la rougeole, et les oreillons, la varicelle, la grippe, l’hépatite B, le zona ;
  • les infections invasives à haemophilus influenzae de type B, à pneumocoque, à méningocoque C ;
  • les infections à papillomavirus humains.

plusieurs-vaccins

Publicités

Une réflexion sur “Les vaccins et l’autisme : La méfiance de la population face à la médecine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s